Cette vidéo SM a été tournée lors d’un événement très particulier pour le club The Upper Floor. Ce soir-là, on fêtait l’anniversaire du patron. Celui-ci s’est vu offrir deux amatrices soumises à initier. Il a eu droit aussi à une superbe partouze avec des dominatrices et des esclaves sexuelles volontaires.

téléchargez la vidéo intégrale

Etre patron d’un club libertin

Tous les libertins vous le diront : le fait d’être patron (ou patronne) d’un club échangiste nécessite d’être libertin soi-même. Ou, tout au moins, d’avoir une connaissance et une sympathie pour le sexe libre. Car être patron d’un établissement coquin n’a rien d’une sinécure. Et les compétences requises représente un large spectre de talents.

Un bon patron de club libertin doit d’abord et avant tout être doué dans l’organisation de fêtes. Car, avant le sexe, c’est d’abord de cela qu’il s’agit. Ensuite, le sens de la communication et de la publicité s’avère vite indispensable. Ainsi qu’une certaine rigueur, en particulier concernant l’hygiène.

Il faut ajouter à ces qualités un certains sens du contact. Un (ou une) boss de club échangiste doit trouver la bonne distance avec sa clientèle. Trop froid, les gens ne reviendront pas. Trop tactile, et la clientèle se trouvera gênée.

vidéos club sadomasochiste

Etre patron d’un lieu BDSM

Toutes ces compétences, il les faut pour diriger un club BDSM. Mais il en faut d’autres, tant le milieu BDSM est particulier. Il faut connaître les instruments de torture. Il faut comprendre les envies des participants. Sans compter qu’il est nécessaire de s’assurer de la sécurité de chacun. Surtout aux vues des « cascades » réaliséesq par certaines soumises.

Maître Stefano, nommé par le directeur de Kink, Peter Acworth, comme patron de The Upper Floor connaît parfaitement le libertinage sadomasochiste. Pour preuve, c’est lui qui a personnellement initié la plupart des soumises SM qu’y apparaissent sur cette vidéo.