Si Marina, belle quadra blonde et très libertine, passe ses vacances en Agde, ce n’est sûrement pas pour les paysages. Non, la superbe couguar tient à faire l’expérience du sexe non-stop. Sans tabou et sans limites, dit-elle. C’est Carole qui l’a croisée, en train de se faire défoncer par de jeunes gars sur la plage. Et qui l’a amenée dans un sauna échangiste en Agde. Où la couguar vit, filmée par nos caméras, un nouveau gangbang amateur.

téléchargez la vidéo intégrale

C’est quoi, une couguar ?

Le mot couguar, s’agissant d’une femme mature aimant les jeunes hommes, ne vient pas du libertinage. Et, à bien y réfléchir, il n’y a rien de plus logique. Car, si on pense, cette expression « couguar » n’a pas grand chose à faire dans le monde du sexe libre. Elle relève de trop de clichés sexistes. Je l’ai déjà dit ici : le libertinage authentique n’est pas sexiste.

D’ailleurs, l’utilisation première du mot couguar n’aurait aucun sens dans un club échangiste. Ici, on se préoccupe peu de l’âge des uns et des autres. De l’apparence physique ? Oui. De l’attirance sexuelle ? Absolument. Mais cela n’a que peu de choses à voir avec l’âge des uns et des autres.

Alors, pourquoi donc une libertine se définit-elle comme une couguar ? Il en va de ce mot comme du mot salope. Une pure provocation. Une inversion du stigmate.

Sauna en Agde et au Cap

Malheureusement, le sauna où a été tourné cette vidéo n’existe plus. Il faut bien dire qu’en Agde et au Cap d’Agde, la valse des établissements libertins est la règle. Mais il reste tout de même dans la ville comme dans le village naturiste des saunas où, d’ailleurs, notre couguar libertine a ses habitudes.

Le premier d’entre eux est le sauna Histoires d’O à Port Ambonne. Un lieu qui est d’ailleurs double. Son jumeau, le 2 et 2, n’accueille, quant à lui, que les couples. Vous trouverez, en outre, dans le quartier naturiste (Port Nature 1), le sauna Kamasutra. Et c’est là, justement, que j’ai croisé récemment la belle Marina.