Diane, 25 ans, de Toulouse, pratique régulièrement, par jeu, le BDSM avec son mari. Dominateur, il aime lui faire subir toutes sortes de châtiments et sévices. Aujourd’hui, la blonde pulpeuse se retrouve offerte à Eloïse, notre maîtresse-femme de Bordeaux. Cette dernière va confier l’esclave de son mari à une bande de gars, qui vont la baiser dans un donjon aménagé.

téléchargez la vidéo intégrale

épouse offerte dans le milieu BDSM

Il s’agit d’un classique du sadomasochisme. Une épouse est offerte comme esclave sexuelle à un tiers. Le plus souvent, il s’agit d’hommes. Mais, bien entendu, une esclave peut être offerte à une femme, un couple ou à un groupe. Dès lors, tout se passe selon les limites fixées par la soumise elle-même. S’agit de sexe, de gangbang, ou tout simplement de sévices BDSM ? Tout dépend de la soumise (ou, le cas échéant, du soumis).

A Paris, le célèbre club BDSM « Cris & Chuchotements » organise tous les mois une vente aux esclaves. Hommes soumis et femmes serviles sont vendues (en monnaie de singe !) pour une pratique déterminée, et un laps de temps qui l’est tout autant. On comprendra ici, évidemment, qu’il s’agit toujours d’un jeu.

L’épouse ainsi offerte expérimente plusieurs choses. A la fois, elle reste assurée de ne pas dépasser ses limites. Et, en même temps, elle s’aventure en terrain inconnu avec un maître, une maîtresse ou un groupe qui n’ont pas tout à fait les mêmes attentes, le même toucher, les mêmes pratiques.

épouse offerte dans le milieu libertin

Les choses sont tout aussi codifiées dans le milieu libertin vanille (non BDSM). Lorsqu’une épouse est offerte, par exemple à un gangbang, le mari fixe implicitement ou explicitement des règles, auxquelles il est inconcevable de déroger. Le plus souvent, il s’agit du port du préservatif, de la brutalité ou non, des insultes ou non, de la sodomie ou non.

Qu’on ne s’y trompe pas. Le mari représente l’émissaire des désirs et limites de la femme offerte. Si vous avez le moindre doute à ce propos, fuyez vite ! Et, le cas échéant, n’hésitez pas à prévenir les autorités. Mais je vous garantis qu’il existe peu de risques de ce côté là. En effet, s’il exiet des pervers en ce bas monde, ils choisissent rarement le milieu libertin.