Avant de vous montrer cette vidéo gratuite d’un club spécialisé dans le BDSM, il convient de faire une petite mise au point. D’une part, la majorité des libertins et libertines ne pratique pas le sadomasochisme. De leur côté, à l’inverse, les amateurs de sadomasochisme ne sont des férus de libertinage, d’échangisme et de partouzes. Pour la plupart en tout cas. Car la vidéo de club libertin SM montre que cela existe quand même.

téléchargez la vidéo intégrale

Le libertinage et le sadomasochisme

En effet, il existe bien évidemment des liens (sans jeu de mots) entre l’univers du sadomasochisme et celui du libertinage. Car si les échangistes ne sont pas des adeptes BDSM, et inversement, certains couples cumulent les deux pratiques. Ainsi, certains libertins et libertines dissocient les deux pratiques. Parfois, ils s’adonnent aux jeux BDSM. Parfois, ils vont en club échangiste ou dans des soirées libertines privés. Les deux éléments sont constituants de leur sexualité.

D’où quelques porosités entre le libertinage et le sadomasochisme. Sans compter que certains couples ne dissocient pas libertinage et sadomasochisme. C’est le cas dans cette vidéo. Il existe des couples candaulistes où le monsieur, cocu, est le soumis de sa femme. Inversement, certains candos « prêtent » leurs femmes comme une soumise.

Le gangbang, également, peut être une pratique sadomaso. La femme est soumise aux messieurs. Même si ce n’est pas la majorité des cas, cette éventualité existe. Rien d’étonnant, donc à voir des points de rencontres entre sadomasochisme, d’une part, et libertinage et sexe en groupe, d’autre part.

vidéo fête sadomaso

Le sadomasochisme dans les clubs libertins

Ainsi, on constate que la plupart des clubs libertins offre à leurs visiteurs quelques installations BDSM. Rares les clubs et saunas libertins ne comptant pas au moins une croix de Saint-André. Et quelques autres accessoires et attractions SM. Pourtant, la présence de ces objets, en France en tout cas, ne signifie pas qu’ils soient utilisés réellement. Contrairement à l’Allemagne, par exemple, où cages et « instruments de torture » BDSM sont le lot commun. Et donnent lieu à des jeux, allant du soft au hardcore.

Par ailleurs, de plus en plus de clubs échangistes classiques proposent à leur clientèle – et du coup à une clientèle plus large – des soirées thématiques à base de sadomasochisme et de fétichisme. On y retrouve les couples mêlant ces deux pratiques. Mais aussi des couples libertins curieux du BDSM. Et des couples adeptes de sadomasochisme curieux du libertinage. La boucle est bouclée.