Une jeune et jolie soumise à baiser en gang-bang, c’est déjà le rêve. Mais quand l’amatrice qui se prête au jeu de la partouze BDSM est Kena, de Béziers, libertine franco-asiatique de 25 ans, nos gars s’en donnent à cœur joie pour lui faire du bien… et du mal ! Il eut été dommage de ne pas faire une vidéo X amatrice de cette partie de dressage extrême.

téléchargez la vidéo intégrale

Sadomasochisme et gang-bang

C’est toujours un peu pareil. Quand on voit une chose pour la première fois, on s dit que c’est toujours comme ça. Or, non, le gang-bang n’est pas en soi, une pratique sadomasochiste. Il se trouve que Kena, dans cette vidéo, avait envie d’être soumise. Cette amatrice a ses fantasmes, toutes les libertines ont les leurs, mais ça s’arrête là.

Alors, bien sûr, il arrive que la pratique du gang-bang soit associée au BDSM. Et il se peut que ce soit par envie d’être soumise qu’une femme « s’offre » à plusieurs hommes. Qui disposent alors d’elle selon leur bon vouloir. Et selon, c’est capital, les limites de l’amatrice.

Dans le milieu libertin, par ailleurs, on trouve trouver une autre sorte de gang-bang sado-maso. Mais là, c’est monsieur qui est dominé. Et doit regarder sa femme s’envoyer en l’air avec d’autres hommes. A part ces deux cas, la pluralité masculine n’est pas spécialement une pratique BDSM.

Amatrice soumise et milieu libertin

Il vous sera donc possible de tomber, dans le milieu libertin, sur une amatrice soumise. C’est rare. A l’exception des soirées à thème consacrées au BDSM et au fétichisme, bien entendu. Au contraire, les libertines aiment s’afficher en tant que femmes libérées.

Toutefois, il arrive qu’une libertine, sur un tchat échangiste ou dans un lieu coquin, se la joue soumise. Mais cela reste une exception. Et surtout un jeu.

Plus embêtante est la question de la femme réellement soumise. Et qui pratique le libertinage uniquement pour faire plaisir à son mari. Et celle-ci, je vous conseille de l’éviter. Autant que faire se peut.