Cette scène BDSM amatrice se passe en Espagne. On y voit d’abord deux soumises offertes à la vue de tous. Puis le couple dominateur rejoint un bar coquin avec ses deux esclaves pour leur ordonner de faire tout ce qu’on leur demandera ou presque. Evidemment, la séance de dressage tourne à la partouze.

téléchargez la vidéo intégrale

Soumises et offertes ?

On s’étonne toujours de voir les termes libertines et soumises cohabiter ensemble. C’est pourtant souvent le cas dans le cadre d’un libertinage sadomasochiste. La soumise est alors libre d’être soumise. Elle revendique la liberté d’être une esclave volontaire.

Sans être spécialement dans le milieu BDSM, on trouve de nombreuses libertines qui, ainsi, aiment être offertes à tous et à toutes. Une façon sans doute de ne pas culpabiliser de leur « inconduite », celle-ci ne relevant que de la volonté d’autrui.

vidéos club sadomasochiste

Les épouses offertes du candaulisme

Dans le candaulisme également, les épouses sont parfois offertes. Il s’agit là d’un BDSM soft, a priori, puisque aucune brutalité n’entre en jeu dans la relation sexuelle. Là encore, on peut imaginer qu’une certaine forme de déculpabilisation existe.

On peut alors tout de même encore parler d’un jeu de soumission : c’est aux ordres de son mari que madame baise avec un autre homme. On comprend mieux pourquoi nombre de couples candaulistes fréquentent aussi les soirées BDSM. Protégées des mauvais traitement par leur conjoint qui mènent le jeu, les femmes ainsi offertes deviennent les victimes consentantes de ceux-ci.