Il s’agit d’une rencontre qu’on avait envie d’organiser depuis un moment. D’un côté, je vous présente Yumi, jeune libertine débutante de PACA. De l’autre, vous connaissez peut-être déjà Cassandra, libertine expérimentée venue d’Ile-de-France. Maintenant, il faut imaginer que, pour les besoins d’une vidéo porno amatrice, nous ayons confié à l’une d’entre elles un strapon (ou gode-ceinture). Nous leur présentons un mec. Il n’en faut pas plus pour que la partouze commence.

téléchargez la vidéo intégrale

Le strapon et les relations lesbiennes

Le gode-ceinture (ou strapon) fait partie de l’imaginaire pornographique des relations saphiques. J’ai bien dit de l’imaginaire pornographique. Car, en réalité, c’est surtout et essentiellement dans la tête des mecs que tout se passe. Désolée si je brise un mythe, mais je connais plein de couples lesbiens qui n’ont pas de strapon à la maison.

Alors, pourquoi toujours représenter le sexe entre femmes avec un tel engin ? Depuis longtemps, et notamment à cause de ce cher Freud, on a représenté la relation lesbienne comme une sexualité non-aboutie. Et oui, je vous parle bien de la sacro-sainte absence de pénis. Or, une sexualité saphique se passe très bien de bite, de strapon ou de tout autre accessoire.

Le strapon et le libertinage

Il n’en est pas exactement de même s’agissant de la bisexualité féminine dans le milieu libertin. En effet, nous nous parlons plus ici de « gouines », mais de femmes essentiellement bisexuelles. Et nous parlons aussi de jeu. On ne sera donc pas étonné de retrouver plus souvent dans ce genre de relations l’usage du gode-ceinture. Tout reste relatif, toutefois : on voit peu (pour ainsi dire jamais) de libertines se pointer en club échangiste avec un strapon !

Mais dans le libertinage privé, il arrive qu’une libertine se harnache d’un tel objet. Faut-il y voir le signe d’une sexualité frustrante, si elle reste entre femmes ? Personnellement, je pencherais vers deux explications, a priori opposées, mais pourtant complémentaires. La première consiste à dire qu’une femme peut avoir envie de « savoir ce que ça fait ». Si vous voyez ce que je veux dire. La seconde, c’est la manie que le libertinage a de singer les références du porno.

Les sextoys des libertines

Ceci étant dit, il ne faut pas perdre de vue la dimension ludique du libertinage. Ainsi, de nombreuses libertines ont accumulé une véritable collection de sextoys divers, parmi lesquels, parfois, un strapon. Non pas qu’il s’agisse de palier à un quelconque manque. Mais, à l’instar de la multiplication des partenaires, la prolifération de jouets pour adultes participe du jeu libertin.

Le sextoy – le strapon en l’occurence – ne vient plus palier un quelconque manque. Il est juste un élément en pleus d’une sexualité plurielle.

http://www.videoslibertines.fr/wp-content/uploads/2019/11/strapon-libertines-partouze.jpghttp://www.videoslibertines.fr/wp-content/uploads/2019/11/strapon-libertines-partouze-150x150.jpgJacquie & Michelreportages libertinsbisexualité féminine,France,Ile-de-France,PACA,triolisme HFF
Il s'agit d'une rencontre qu'on avait envie d'organiser depuis un moment. D'un côté, je vous présente Yumi, jeune libertine débutante de PACA. De l'autre, vous connaissez peut-être déjà Cassandra, libertine expérimentée venue d'Ile-de-France. Maintenant, il faut imaginer que, pour les besoins d'une vidéo porno amatrice, nous ayons confié à...