Le retour de Marion qui, cette fois, nous offre une vidéo tournée en club échangiste. Aveuglée par u bandeau, l’amatrice est offerte par son mari comme une véritable vide-couilles à tous les mecs qui le souhaitent. Baisée, partouzée et surtout arrosée de sperme, elle se masturbe tout en se faisant éjaculer sur le visage et sur le corps.

téléchargez la vidéo intégrale

Vide-couilles et autres insultes

Vous serez sans doute surpris de lire sous ma « plume » un mot comme vide-couilles. C’est pourtant, traduit aussi bien que je le peux, le mot employé par la libertine elle-même. Alors, les libertines sont-elles des salopes, des putains, des vide-couilles ?

Non, évidemment. Mais ça n’empêche pas certaines d’utiliser ce genre de vocabulaire pour se désigner entre elles. D’abord, ça fait partie du jeu érotique. Notamment quand il s’agit de pluralité masculine. Certaines amatrices de gangbang adorent être insultée pendant l’acte. Mais attention, il s’agit bien là d’un rôle.

J’ai ma petite théorie sur la question. Se faire traiter de vide-couilles relève, selon moi, de l’inversion du stigmate. On s’approprie l’insulte, pour la contourner. Ainsi des blacks qui se traitent de négros entre eux. Et des libertines qui s’affublent elles-mêmes de noms d’oiseaux comme salope ou chienne.

Mais attention : si certaines aiment ces mots crus, elles en sont les gardiennes. N’allez vous aviser de traiter une libertine de pute sans son consentement explicite. Il pourrait vous en cuire.

Le bukkake en club échangiste

Quoi qu’il en soit, le fait de voir une libertine servir de « vide-couilles » dans un club échangiste est plutôt une chose rare. Et même très rare. Car, croyez-le ou non, le bukkake n’est pas une pratique si courante dans les clubs et saunas libertins.

Si le gangbang est courant, la douche de sperme est plus compliquée à mettre en place. Rapport à la crainte des maladies. Et à l’hygiène minimale qu’exigent, à juste titre, les patrons des clubs échangistes.